Le caprice à l’âge adulte

 

Le caprice est la manifestation d’un désir impérieux et soudain qui a pour objectif d’obtenir ce que l’on veut.

Le caprice prend naissance dans un principe de recherche de plaisir qui se confronte au principe de réalité, car nous ne pouvons pas tout avoir.

Le caprice prend aussi naissance dans la confrontation du principe de recherche de plaisir qui vient s’opposer au désir de l’autre qui ne va pas toujours dans le sens de mon propre désir.

Chez le petit enfant, le caprice, même s’il est difficile à supporter est un processus normal et nécessaire : l’enfant vit l’instant présent, totalement en connexion avec ses émotions, ses sensations et ses besoins immédiats.

Il  passe devant la boulangerie, il sent l’odeur du bon pain, cela crée chez lui un déclenchement des signaux du plaisir, il a envie d’avoir ce pain et il fait un caprice : c’est l’expression de son désir immédiat et impérieux.

Ce sont les éducateurs de l’enfant qui le font sortir de cette notion de toute puissance et l’éducation à la frustration raisonnable est le moyen pour que l’enfant apprenne que le désir se confronte au principe de réalité et d’altérité.

L’éducation à la frustration saine demande pour les éducateurs d’avoir un discourt clair : le  oui est un oui inconditionnel, sans chantage et le non qui est un non sans appel.

L’éducation à la frustration est ce qu’il y a de  plus difficile pour les parents : quand dire oui ? Quand dire non ?  Comment gérer le regard des autres sur la colère de mon enfant ? Comment supporter que mon enfant manifeste une agressivité vis-à-vis de moi quand je dis non ? Tout cela est fatigant.

Dire oui c’est tellement plus simple : cela éteint le feu du caprice tout de suite et tout rentre dans l’ordre jusqu’au caprice d’après.

Dire oui de manière conditionnelle est tellement efficace. «  Je te donne tout de suite le bout de pain, mais alors tu es sage »  et pourtant c’est le doux apprentissage de la manipulation.

 

Si l’éducation à la frustration ne se fait pas ou au contraire si l’éducation n’est que frustration le caprice perdure à l’âge adulte.

Nous ne voyons plus d’adulte se rouler par terre dans la rue pour obtenir un croissant devant une boulangerie. L’adulte a mis en place des stratégies plus subtiles pour manifester ses caprices.

Le caprice chez l’adulte est basé sur une certitude inconsciente que « je suis » si j’obtiens ce que je veux et que « je ne suis rien »  si je n’obtiens pas ce que je veux .   Il se manifeste au quotidien de différentes manières.

-Par des achats compulsifs pour certains

-Par une grande contrariété et une agressivité si ce qui arrive n’est pas ce que je veux comme je veux (n’avez-vous jamais vu des adultes manifester des comportements irritables dans un restaurant en renvoyant des assiettes parce que ceci ou cela)

-Par des techniques de manipulation en créant chez l’autre une fausse responsabilité ou de la culpabilité : « tu ne m’aimes pas puisque tu ne fais pas comme j’ai envie ».

-Par des manifestations de souffrances psychologiques ontologiques, car je n’existe que par ce que j’arrive à obtenir.

Le caprice chez l’adulte est le symptôme d’un ego malade d’avoir été trop ou mal aimé.

Je ne crois pas réellement que l’on puisse dire que l’on a reçu une bonne éducation. Par essence les relations éducatives rejouent et rejouent encore les relations du passé et mon article n’a pas vocation à culpabiliser les parents qui le liront.

Pour autant dans mes pratiques au quotidien je vois bien que ceux qui ont reçu une éducation ferme et bienveillante à la fois ont des bases de confiance en soi qui leur permettent d’être solides et d’être moins susceptibles en face d’un refus ou  d’une frustration. Ils savent faire la différence entre eux-mêmes et ce qu’ils possèdent Ils ont pour eux -même un amour clairvoyant et bienveillant .cela ne veut pas dire qu’il renonce au plaisir et au désir, bien au contraire. Mais ils savent que leurs désirs et leurs plaisirs sont aussi dans la création d’une relation égalitaire avec les autres où il n’y a pas ni perdant ni gagnant.

 

Isabelle Flye Sainte Marie

Mars 2018

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *