La souplesse relationnelle entraine la robustesse.

Les relations aux autres sont des boucles de feedback rétroactives.

Quand mes relations aux autres sont souples, cela se voit par la connivence, la créativité, l’humour, le dialogue, la bienveillance. Cette souplesse apporte de la robustesse .la relation qui s’installe est alors basée sur la confiance, de moi, de toi et de la relation entre toi et moi. Nous sommes dans un cercle vertueux.

Quand mes relations aux autres sont distendues ou tendues, cela se voit par le silence, par les freins, par l’ironie, par l’absence de dialogue, par des conflits ouverts ou larvés, par des inquiétudes. Cette sclérose apporte de la fragilité : la relation qui s’installe alors est basée sur la défiance, de moi (la culpabilité) de toi et de la relation entre toi et moi. Nous sommes alors dans un cercle vicieux.

C’est en faisant des feedback rétroactifs que nous proposons des relations souples.
Mais, comme la souplesse relationnelle se joue à deux , rien n’est magique : si l’autre est dans la défiance, il peut relire les feedback que je lui fais comme étant des jugements.

S’entrainer à faire des feedback est un exercice qui conduit à la souplesse et à la confiance.
L’entrainement passe d’abord par un dialogue intérieur où je me dis : ” Qu’est ce que tu en penses ?, ” qu’est ce que tu crois ?” , “qu’est ce que tu ressens ? ”
Une fois que je suis au clair au fond de moi , l’entrainement continue par cette nouvelle question en moi : ” Et comment je vais pouvoir dire tout cela sans abimer la relation”

les réponses que je peux avoir alors , sont encore de nouveaux signes qui entrent dans cette nouvelle boucle de feedback rétroactifs .

Ainsi vont les liens qui se tissent et se détissent.

Isabelle Flye Sainte Marie
28 avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.