Le pouvoir du désir

Imaginez-vous devant une grande planche en bois solide suffisamment épaisse pour ne jamais se casser sous votre poids, une planche de 50 cm de large et d’un mètre de long  .imaginez-vous la poser sur le sol et demandez-vous si vous pouvez marcher sur cette planche sans difficulté sur les 1 mètre de longueur.

Votre imagination trouve cela très simple et vous n’aurez aucune difficulté dans la vraie vie à marcher sur cette planche.

Imaginez-vous maintenant avec cette même planche posée à deux mètres du sol. La même épaisseur, la même largeur, la même longueur, la même solidité.  Mais là si vous aviez à marcher sur cette planche vous seriez en stress maximal, vos jambes trembleraient probablement, car en imagination vous vous feriez un film du danger et du vertige.

Et pourtant il y a des couvreurs qui montent tous les jours tout en haut des toitures …en imagination ils savent qu’ils sont capables de le faire. Dès le premier jour de leur apprentissage, ils se sont forgé l’intime conviction qu’ils allaient non seulement pouvoir le faire, mais en plus y prendre du plaisir !

Votre imagination sur le danger du futur conditionne tous vos actes : j’ai peur,   je ne peux pas, j’ai confiance, je peux.

Tout cela se fait au plus profond de notre inconscient.

Et pourtant quand on a peur c’est qu’on a en corollaire un grand désir. Si j’ai peur de ne pas décrocher ce poste, c’est que j’ai un grand désir de l’avoir : sans désir, pas de peur. Et plus mon désir est fort plus ma peur est intense.

On se retrouve donc en soi même en conflit interne entre désir et volonté .la volonté étant annihilée par la peur. Cette peur engendrée elle-même d’un  grand  désir. Cette peur qui me pétrifie et qui m’empêche d’avancer.

La culpabilité vient alors et nous demande de mettre en place une plus grande volonté. Mais cela ne marche pas.

En fait, notre cerveau ne fait pas la différence entre la réalité et l’imagination .C’est pour cela que nous pouvons pleurer devant un film ou en lisant un livre  alors même que nous  savons tout à fait que sommes dans une fiction.

Les films que nous nous faisons sur nos réalités présentes et sur les réalités du futur sont pour nous un ancrage plus puissant que notre réalité elle-même.

Si tous les films de notre vie sont basés sur : « je ne peux pas », « j’ai peur » « ce n’est pas possible » « ils m’empêchent » « c’est la faute, à », « ce n’est pas pour moi » « je ne suis pas capable » « cela ne va pas marcher »  ….. Alors toute notre vie sera conditionnée par notre imagination négative. C’est le schéma de tous les replis sur soi et de tous les murs qui se dressent.

Le seul moyen d’avancer et d’avancer en étant heureux et de se connecter à ses désirs profonds : car d’un seul coup d’un seul cela donne une force de vie incroyable

Ceux qui savent faire cela  ont  identifié clairement ce qui est bon pour eux, ce qu’ils veulent, ce qui les rendra heureux et ils sont en capacité de se faire les films par anticipation de tout ce qui en découlera. De tous les changements positifs que cela leur apportera.

La force de l’imagination sera alors en eux comme une immense puissance de vie.

N’avez-vous jamais entendu parler de personnes en fin de vie qui ont eu un tel  désir de voir une personne de leur entourage qu’ils en étaient capables de retarder leur décès quelques fois de plusieurs semaines . En imagination, le moment le plus important pour eux, la rencontre avec l’un de leurs proches, prenait le pouvoir sur tous les organes de leur corps pour le maintenir en vie par la seule force du désir.

Faire le premier pas pour demander une aide est en fait le signal encore inconscient de notre premier désir : celui qui est de stopper la machine à se faire des films négatifs.

La relation thérapeutique comme tous les outils d’accompagnement ont une réelle efficacité. Lors de la première rencontre, le thérapeute écoute tous les doutes, les peurs et les certitudes de blocage. Son rôle est alors de commencer le travail de conversion intérieure pour faire émerger le désir le plus profond. Un désir concret et pour soi-même.

Milton Erickson, le père de l’hypnose que je pratique, savait cela très bien. Il utilisait la force de l’imagination pour créer dans le cerveau de ses patients des souvenirs positifs du futur.

Et comme au cinéma, les films devenaient dans le cerveau de ses patients,  encore plus puissants que leurs réalités.

En chacun d’entre nous, le désir déjà accompli en imagination donne une force vitale extrêmement puissante.

Alors, ne vous en privez pas :

Savez-vous dire quel est votre plus grand et plus profond désir pour vous-même ? Et concrètement, cela se verrait à quoi si vous l’aviez atteint ?

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *